Erreur
  • Échec du chargement des données du flux
  • Échec du chargement des données du flux
  • Échec du chargement des données du flux
Pratiques illicites dans l’adoption internationale en France : un rapport lacunaire qui ne répond pas aux attentes des personnes concernées

Pratiques illicites dans l’adoption internationale en France : un rapport lacunaire qui ne répond pas aux attentes des personnes concernées

Proposition de résolution visant à reconnaitre l'existence de pratiques illicites dans l'adoption internationale en France.

Proposition de résolution visant à reconnaitre l'existence de pratiques illicites dans l'adoption internationale en France.

CREATION D’UN MINISTERE POUR L’ENFANCE

CREATION D’UN MINISTERE POUR L’ENFANCE

LA TERCERA – 24 Janvier 2024 – Edition nationale

LA TERCERA – 24 Janvier 2024 – Edition nationale

 les chiffres Adoption Internationale 2023

les chiffres Adoption Internationale 2023

La qualification juridique des adoptions internationales illégales

La qualification juridique des adoptions internationales illégales

TRIBUNE : LES MOTS ONT-ILS ENCORE UN SENS ?

TRIBUNE : LES MOTS ONT-ILS ENCORE UN SENS ?

Araliya - Association des parents d'enfants ou enfants adoptés au Sri Lanka

Araliya - Association des parents d'enfants ou enfants adoptés au Sri Lanka

ASSOCIATION des FAMILLES ADOPTIVES d’ENFANTS NES AU CHILI

ASSOCIATION des FAMILLES ADOPTIVES d’ENFANTS NES AU CHILI

France – Madagascar : match nul

France – Madagascar : match nul

L’évolution de la filiation adoptive

L’évolution de la filiation adoptive

Mise en place du Conseil National de l’Adoption

Mise en place du Conseil National de l’Adoption

Les candidats à la présidentielle et l’adoption internationale

pas de reponse des candidats 

Lors de la campagne électorale pour les élections présidentielles de 2017, le MASF a adressé une lettre à chaque candidat en lui demandant de faire connaître ses intentions en matière d’organisation de l’adoption internationale. Nous avons en tout reçu trois réponses...

 

Les deux premières réponses émanent de François Asselineau et de Jacques Cheminade et on peut les classer sans mépris comme des réponses standards. La troisième est signée par François Fillon, qui évoque son rôle de président de conseil général dans l’adoption mais ne répond pas sur l’aspect international.

Optimistes, nous avons alors supposé que les candidats étaient submergés par des sujets de plus grande importance, mais que la réponse était dans leurs programmes. Nous avons consulté onze des douze programmes, celui de Nathalie Artaud n’étant pas disponible en version téléchargeable. Comme il était probable que l’adoption internationale ne figurât pas explicitement, une recherche d’expressions telles que « protection de l’enfance » retourne les résultats suivants : une seule occurrence sur les onze programmes. Il s’agit de la proposition n°90 de Marine Le Pen. Déroulons la : « lancer un audit complet sur les structures d’accueil et de prise en charge des enfants afin de mettre un terme aux dérives constatées de certaines d’entre elles. Réorganiser et améliorer les politiques d’aide sociale à l’enfance ». Pas de détail de cette proposition dans le reste du document ; nous ne saurons donc pas si les dérives ciblées s’adressent aux OAA ou plus largement à l’adoption internationale. Dommage !

En conclusion, on ne peut que constater que la protection de l’enfance, qui est un budget très significatif puisqu’il représente 7 milliards au niveau national, est sous le signal radar de la majorité du personnel politique national. Mais en plus nous ne pouvons que regretter la pente négative sur laquelle glisse ce sujet. En 2007, Nicolas Sarkozy demandait à Jean-Marie Colombani de lui remettre un rapport. Aujourd’hui, cela ne figure dans quasiment aucun programme présidentiel. Il ne faut pas s’étonner que cet exemple venu d’en haut se traduise sur le terrain par la même pente. La Mission de l’Adoption Internationale avait en 2008 des rencontres régulières avec les associations de parents adoptifs. Aujourd’hui, nous sommes devenus des persona non grata. Bref, la protection des mineurs n’est pas une préoccupation majeure des candidats à la présidentielle, mais elle ne l’est pas non plus des institutions dont c’est la vocation.

 

Thématiques

Actualités de l'AFAENAM

Actualités de l'APAEC

Actualités de Racines Thaïlandaises

Actualités de Sourires du Népal

Connexion